Biographie

Pascal Mayer

Pascal Mayer

Pascal Mayer dirige le Chœur Pro Arte de Lausanne, le Choeur de Chambre de l’Université de Fribourg (CCUF), et le Collegium Musicum, choeur et orchestre de l’église des Jésuites de Lucerne, où il enseigne la direction chorale à la Hochschule-Musik. A Fribourg, il enseigne la musique et dirige le choeur du Collège Ste-Croix. Il a préparé pendant plus de vingt ans les chœurs du Festival Avenches Opéra. Il a également plusieurs fois travaillé avec les chœurs de l’Opéra de Lausanne.

Avec une sensibilité musicale aussi vive qu’éclectique alliant rigueur formelle autant que qualités lyriques et expressives, Pascal Mayer explore les grandes œuvres, des Vêpres de Monteverdi, de la Messe en si de Bach au War Requiem de Britten et au Requiem de Christian Favre. Il crée de nombreuses nouvelles œuvres (L. Mettraux, C. Charrière, J.-F. Michel, J. Haselbach, C. Rütti, T. Flury).

Formé aux Conservatoires de Fribourg et de Zürich, il a chanté à l’Ensemble Vocal de Lausanne (dir. Michel Corboz), au Chœur de la Radio suisse romande (dir. André Charlet, son professeur) et au Kammerchor de Stuttgart (dir. Frieder Bernius).

Pascal Mayer a fondé le Choeur de l'Université et des Jeunesses Musicales de Fribourg ainsi que le Choeur de Chambre de l'Université de Fribourg. En 1995, avec le chef de choeur valaisan Hansruedi Kämpfen, Pascal Mayer a constitué, dans le cadre de la Fédération Suisse Europa Cantat, le Choeur Suisse des Jeunes. Il a dirigé le Chœur Faller de Lausanne pendant vingt ans et le Basler Kammerchor durant cinq ans, suite à l’invitation de Paul Sacher.

Avec ces différents ensembles, il collabore régulièrement avec l’OCL, l’OCF, le Sinfonietta de Lausanne, la Camerata Amoyal ainsi que des ensembles de musique ancienne.

Lors de la saison 2018-2019, il a dirigé le Stabat Mater de Rossini avec l’Orchestre de chambre fribourgeois au concert classique du Paléo Festival de Nyon. Il a présenté la Messe à double chœur de Frank Martin, le Magnificat et les six cantates de l’Oratorio de Noël de Bach, Israël en Egypte de Haendel, le Requiem de Mozart et la Symphonie des Psaumes de Stravinsky dans des versions pour chœur et piano à quatre mains, la Missa bruxellensis de Biber, ainsi que Le Roi David de Honegger.

 

« Vous présenter Pascal Mayer? C’est vous le dire d’un bond dans l’enthousiasme. Mais oui: ce fraternel enthousiasme par lequel il rassemble dans l’élan communicatif – et par lui irrévocable – les êtres dans la musique. Ne vous fiez pas à la douceur du regard ou à la jeunesse bouclée de sa chevelure. Depuis long, il est remonté dans tous les siècles des musiciens, a entendu le plus vif des chefs chez qui il s’est formé, est allé guetter les compositeurs d’aujourd’hui pour les faire découvrir, et les faire vivre, dans le meilleur de ses chœurs. S’il a des doutes au quotidien? Bien sûr! Croyez-vous qu’on puisse vivre impunément une passion, dans la chair sensible de la musique? Mais ce sont là chez lui doutes qui suscitent et génèrent. Qui mettent l’être en progrès à l’épreuve du temps. Et qui donnent vie à l’avenir. Mais le voici qui est là, devant vous, à l’entame du concert: d’un coup plus rien n’existe que ce temps donné, et rassemblé. »

Jean-Dominique Humbert