Biographie

Christophe Einhorn

Christophe Einhorn

C’est au Conservatoire de Strasbourg, dans la classe d’Elisabeth Dillenschneider, que Christophe Einhorn obtient une médaille d’or de chant. Parallèlement, ses études uni­ver­si­tai­res abou­tis­sent à une licence en musi­co­lo­gie.

Par la suite, il fait par­tie du Studio Versailles Opéra, dirigé par René Jacobs et Rachel Yakar. Depuis, il se per­fec­tionne avec Ernst Haefliger, Nicolai Gedda et Scot Weir. Christophe fait ses débuts sur scène au Théâtre des Champs-Élysées, dans Giasone de Cavalli.

Il aborde par la suite de nom­breux rôles : Acis dans Acis et Galatée de Haendel, Castor dans Castor et Pollux de Rameau, Gonzalve dans L’Heure Espagnole de Ravel, etc. jusqu’aux com­po­si­tions les plus contem­po­rai­nes, tel­les que les Nouvelles his­toi­res sacrées pro­dui­tes par l’ARCAL.

Son réper­toire de pré­di­lec­tion reste cepen­dant l’ora­to­rio : Le Messie de Haendel, La Création de Haydn, Elias et Lobgesang de Mendelssohn. Christophe est avant tout spé­cia­liste de Bach. À l’occa­sion d’une Passion selon saint Jean, le jour­nal ber­nois der Bund, reconnaît en lui L’Evangéliste né.

Il est l’invité de nom­breux ensem­bles, et se pro­duit entre autres avec l’orches­tre de la Suisse Romande et l’orches­tre de cham­bre et l’Ensemble vocal de Lausanne. Christophe a tra­vaillé avec de nombreux chef, dont Roy Goodman, René Jacobs, Joshua Rifkin, Helmuth Rilling, Michel Corboz, etc.

Régulièrement appelé à chanter à l'étranger, Christophe a également enregistré des oeuvres telles que Castor et Pollux de Rameau, la cantate BWV 78 et la Messe BWV 236 de J.-S. Bach, le Stabat Mater de Beck, Renard et Les Noces de Stravinsky, Le Mystère de la Nativité de Frank Martin, Les Diamants de la cou­ronne d’Auber, ainsi que Pierre le Grand de Grétry.

Programmes interprétés avec nous